RETOUR


Kévin Chambenoit : Le ressenti de quelques lauréats, MOF 2015

par Pierre Berthet le 21-04-2015

Le ressenti de quelques lauréats :

'J'étais déjà venu à la Sorbonne en 1999 pour la remise du Concours général des lycées où j'avais reçu la médaille de bronze des mains de Bernard Loiseau. C'est donc un bon souvenir d'y revenir. Cette cérémonie nous a permis de voir tous les lauréats - il y a des métiers que je ne connaissais pas forcément - et de partager nos émotions ensemble. Il y a eu beaucoup de reconnaissance de la part des professionnels et une belle fierté des équipes du Bristol - où nous sommes 5 MOF ! Ce que le titre apporte ? Mon opinion est peut-être davantage reconnue et je suis sollicité pour apporter des conseils ou faire partie au jury de concours...', dit Kévin Chambenoit, MOF maître d'hôtel 2015. - Ancien élève de l'EHP. Jean Drouant, Btn 1999, Bts 2001.

'C'était un moment solennel, empreint d'émotions, où une accumulation de compétences et de spécialités était réunie au sein même de la Sorbonne. Le MOF c'est le graal !, s'exclame Romain Iltis, MOF sommelier 2015, qui détient aussi les titres de Master of Port et de Meilleur sommelier de France. La remise, c'est le côté officiel de la réussite au concours. On a la sensation d'être rentré dans une grande famille... celle des MOF. Quant à la transmission, je le fais déjà au quotidien. Et je continuerai à la perpétuer avec mon équipe de la Villa Lalique - établissement de Jean-Georges Klein qui ouvrira fin de l'été.'

'J'ai passé un super moment, cette remise matérialise le titre de MOF. Nous avons eu la médaille bleu blanc rouge autour du cou, c'est symbolique. Je vais la garder précieusement. Le titre m'a apporté une reconnaissance d'un point de vue professionnel : j'ai eu des propositions, et j'ai accepté d'intégrer Le Negresco à Nice. L'AGGH m'a aussi fait rentrer dans son association. A 27 ans, je suis la plus jeune femme à avoir eu le titre. Ce titre n'est pas un aboutissement, mais plutôt le commencement...', précise Pernille Douvrain, MOF gouvernante 2015.

'C'est la première fois qu'on se revoyait tous les 8 lauréats au MOF cuisine-gastronomie. J'étais sur une autre planète. Au moment où on nous a annoncé le titre suite au concours, je ne me rendais pas compte. J'ai depuis reçu pas mal de courriers, d'appels. Je suis la deuxième femme MOF dans cette classe. Pour moi, personnellement, c'était de relever le challenge. Puis, pour la reconnaissance. Avec ce titre, nous avons des obligations de transmission et d'exemplarité. Je transmets déjà au sein du St James tous les jours avec mon équipe de 25 personnes', explique Virginie Basselot, MOF cuisine-gastronomie 2015.

'C'est un honneur de faire partie de l'excellence. Le fait que tous les corps de métiers reçoivent les médailles, c'était grandiose. Je n'ai que 27 ans, et ce concours m'a fait gagner en maturité. Le titre n'a pas changé ma façon d'être ni de travailler, c'est juste le regard des autres qui évolue. On se sent plus crédible. Je vais essayer au maximum de m'investir dans l'univers des MOF... mais au Canada où je pars travailler pour un privé. J'avais décroché le poste avant même la finale du MOF (ex premier barman au Bristol)', poursuit Alexis Taoufic, MOF barman 2015.

Cf. Remise de médaille, 25e concours ' Un des meilleurs ouvriers de France' - L'hôtellerie-restauration 20 avril 2015 - Hélène Binet.