Les sachets de salades facilitent la vie de millions de consommateurs. Plus de besoin de laver, rincer ou d'essorer vos feuilles de laitue ou de mâche, c'est le principe du prêt à l'emploi. Mais ce gain de temps en vaut-il la peine ? Pas vraiment, à en croire une étude menée par une équipe de scientifiques américains de l'Université Riverside en Californie (États-Unis), dont les conclusions ont été présentées lors de la 250ème assemblée générale de l'American Chemical Society National.

Les travaux de Nichola M. Kinsinger ont porté plus spécifiquement sur les pousses d'épinard en sachet. L'étude souligne qu'aux États-Unis 199 personnes originaires de vingt-six États ont été touchés par une intoxication alimentaire en 2006 après en avoir consommé. Le responsable ? La bactérie Escheichia Coli (E. coli), qui peut causer de graves troubles digestifs ou urinaires, pouvant conduire au décès. Trois personnes (sur les 199 de l'échantillon) en seraient mortes outre-Atlantique, note l'étude.

Les maladies d'origines alimentaires touchent 250.000 personnes chaque année

De précédents travaux ont déjà montré que les légumes-feuilles sont à l'origine de près de 30% des maladies d'origine alimentaire, en raison du fait qu'ils sont consommés cru. En France, on estime à 250.000 le nombre de personnes victimes de maladies infectieuses d'origine alimentaire chaque année, causant entre 228 et 691 décès, selon les chiffres de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et de l'Institut de veille sanitaire (INVS).

EN SAVOIR + >> Votre QI baisse après une infection

D'après le chercheur, les techniques utilisées par les industries pour enlever 90% des bactéries, telles que l’eau de javel ou de l’irradiation, ne sont pas suffisamment efficaces. C'est un véritable enjeu de santé publique, affirme le scientifique. En attendant, le chercheur recommande aux consommateurs de laver eux-même les feuilles de salades avant leur consommation. Ne serait-ce qu'à titre préventif.

À LIRE AUSSI >> Manger des cornichons réduirait la phobie sociale