C’est la queue aux pompes à essence ! Les prix bas des carburants ont atteint des niveaux records, passant parfois sous la barre des 1 euro. Deux raisons principales peuvent expliquer cette vertigineuse chute des prix.

Le carburant des véhicules diesel a progressivement baissé de 10% sur un an en France pour atteindre ce 21 décembre 1,03 euro le litre en moyenne. Du côté du sans plomb 95 et sans plomb 98, la baisse est également importante avec une moyenne respective de 1,28 euro et 1,32 euro le litre. Selon le site Carbeo, il s'agit d'un recul annuel de 3,5% pour le SP 95 et 3,2% pour le SP 98.

La première cause de ce phénomène est la guerre des prix du pétrole qui se poursuit entre les pays de l’OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole) dont l’Arabie Saoudite fait partie, et les États-Unis. Ces derniers sont d’ailleurs devenus l’an dernier le premier producteur mondial de pétrole grâce à la révolution des hydrocarbures de schiste devant l'Arabie Saoudite et la Russie.

Le retour de l'Iran sur le marché fait baisser les prix

Face à ce concurrent féroce, L’OPEP a toutefois décidé de ne pas limiter sa production. Catherine Enck, directrice de la communication à l’UFIP (Union française des industries pétrolières) explique qu’ « ils ont fait le pari de préserver leur parts de marché aux dépends des prix, en espérant que la production d’huile et gaz de schiste finisse par ne plus être assez rentable pour les États-Unis. »

Par ailleurs, alors que l'offre est surabondante depuis plusieurs mois, la demande est quant à elle au ralenti, avec notamment le net ralentissement de l’économie chinoise. Autre facteur pointé du doigt par Catherine Enck ? « Le retour sur le marché de l’Iran en 2016 qui devrait une fois de plus apporter une production de pétrole brut très excédentaire par rapport à la demande. » Les consommateurs devraient pouvoir se réjouir des bas prix des carburants au moins jusqu’à la fin de l’année, avant que les nouvelles taxes ne s’appliquent au 1er janvier.