RETOUR


Fin de l'autre. se dépatouiller sans lui : Le Banquier (7)

par webmaster le 20-03-2016


Fin de l'autre. se dépatouiller sans lui : Le Banquier.


Cf. Marianne N° 987 - 11 au 17 mars 2016 , par  Antoine Corbin.

' La fin de l'autre '.


LE BANQUIER

Le monde de l'argent est sans doute le plus opaque et inquiétant qui soit.

Retraits en liquide compliqués sinon impossibles au guichet, automates

omniprésents, service en ligne en plein boom...Bref, les occasions de voir

son conseiller clientèle se font rares. Il est fréquent de rester un an ou

davantage sans mettre les pieds dans une agence. Même lorsque vous

êtes à découvert, elle n'appelle plus ! Le conseiller facture des frais

d'intervention directement.

Depuis 2016, la banque doit prévenir 14 jours au préalable, mais par écrit...

Le << conseiller >> d'antan se réduit d'année en année à une interface Web.

Stop ou encore ?


COMMENT SE DEPATOUILLER SANS LUI ?

S'il s'agit seulement d'effectuer des virements ou de surveiller vos comptes,

Internet fait très bien l'affaire. Le problème vient plutôt des propositions de

placements par téléphone. Les conseillers ont des objectifs de vente et

travaillent sous la surveillance de leurs responsables.

Quand le produit est médiocre, en face à face, ils peuvent vous le faire comprendre

sans s'attirer les foudres de la hiérarchie. Quand ils sont sur un plateau, le téléphone

vissé à l'oreille, avec un manager qui leur tourne autour, c'est plus difficile ....