Les ménages français vont subir, à partir du 1er janvier 2017, une kyrielle de changements impactant leur vie quotidienne… et surtout leur portefeuille. Autant faire preuve d'honnêteté d'emblée : le début d'année sera compliqué pour tous.

Augmentation des frais bancaires

Tenue de compte, retraits déplacés (les retraits effectués dans un DAB n’appartenant pas au réseau de la banque du client), cotisations pour les cartes bancaires… les tarifs bancaires seront en progression en 2017. Cette augmentation, dont la moyenne est estimée à 13%, résulte notamment des taux négatifs de la BCE, qui contraignent les banques à trouver de l’argent autrement que grâce à leurs habituelles marges d’intérêt. Elles privilégient désormais les revenus de commissions aux revenus d’intérêts.

Augmentation des tarifs de l’assurance

Selon une étude des Echos compilant différentes données, les prix de l’assurance pour une automobile vont subir une hausse comprise entre 0,5 et 2,5%, dûe, en partie, à l’augmentation des coûts de réparations. Pour l’habitation, tablez sur un renchérissement encore plus conséquent (entre 1 et 4% en moyenne). La raison principale ? Les inondations survenues en mai-juin.

Augmentation des tarifs des mutuelles

Consultation chez le médecin traitant à 25 euros, généralisation de la complémentaire santé d’entreprise… les mutuelles doivent faire à une augmentation des prix de l’assurance-santé. Et le font ressentir à leurs sociétaires. Comptez sur des hausses moyennes de 2 à 4% pour les contrats individuels, et de 3 à 5% sur le collectif.

Augmentation du prix du gaz

L’information a été révélée par Le Figaro, le 5 décembre dernier. Le début de la nouvelle année devrait aussi rimer avec hausse des tarifs du gaz. +5,3% en moyenne croit savoir le quotidien. La hausse des coûts d’approvisionnement et la fiscalité moins avantageuse sont en cause.

A lire aussi : En quelle matière sont faits les billets de banque ?

Loi travail : les choses sérieuses commencent

L’article 8 de la loi travail (ancien article 2), au cœur de la contestation, et l’article 9 seront appliqués à compter du 1er janvier 2017. Parmi les évolutions prévues, l’accord d’entreprise primera désormais sur l’accord de branche. Plus anecdotique mais pas moins intéressant : le salarié pourra, à présent, prendre ses congés payés dès son embauche, sous-réserve d’accord avec l’employeur.

Prix des timbres : ça augmente aussi

La Poste l’avait annoncé le 29 juillet. Les tarifs du courrier vont augmenter de 3,1% en moyenne à compter de janvier. Le timbre vert va passer de 70 à 73 centimes et la lettre prioritaire, de 80 à 85 centimes. Les Colissimo, eux, ne bougent pas.

Dons d’organes : des démarches facilitées

Il sera désormais plus simple d’exprimer son refus de prélever ses organes ou tissus, une fois mort, en s’enregistrant notamment au registre national des refus. Pour rappel, depuis la promulgation de la loi de 1976, les Français sont considérés comme présumés consentants, au nom de la solidarité nationale.

A lire aussi : Euro 2016 : la Poste sort un timbre qui sent le gazon

Divorce : vite fait, bien fait

Le nouveau divorce par consentement mutuel débarque lui aussi. L’évolution majeure concerne la présence du juge aux affaires familiales, qui ne sera plus obligatoire. Désormais, l’un des avocats des époux sera chargé de rédiger la convention de divorce, puis, de la faire parvenir à un notaire. La procédure sera dès lors simplifiée et, surtout, rendue moins chronophage. Un divorce pourra être entériné en deux semaines. 

La recette de la bière va changer

C’est une première depuis 1992. Face à la multiplication de productions artisanales qui se singularisent par l’emploi, parfois excessif, d’ingrédients baroques, l’Etat a décidé, via un décret tout à fait sérieux, de changer la recette officielle… de la bière. Bien qu’il n’ait pas de caractère contraignant, le texte recommande néanmoins que le célèbre breuvage soit fermenté et obtenu à partir d'un moût préparé avec au moins 50% de malt de céréales, d'eau et de houblon.

Vignettes à Paris : des pastilles de toutes les couleurs

Du vert pour les véhicules 100% électriques au gris pour les plus polluantes, les nouvelles vignettes deviennent obligatoires, à partir du 16 janvier, pour pouvoir circuler à Paris les jours ouvrés. Elles peuvent être commandées sur internet et coûtent 3,70 euro (4,18 euros pur un envoi par la Poste). Les contrevenants s’exposent à une amende de 68 euros (135 euros pour un poids lourd).

A lire aussi : Tout savoir sur la vignette 2016 contre la pollution à Paris

Vitres teintées, c’est terminé

Elles étaient devenues la hantise des forces de l’ordre chargées d’effectuer des contrôles routiers. Les vitres teintées sont désormais prohibées. Plus précisément, le taux minimal de transparence autorisé des vitres du pare-brise et des vitres latérales, est porté à présent à 70%. En cas d’infraction, les sanctions prévues sont lourdes : une contravention de 135 euros (minorée à 90 euros) et un retrait de trois points sur le permis de conduire.

Permis auto : une formation plus rapide et moins chère

Les candidats au permis de conduire pourront être formés sur un véhicule équipé d’une boîte automatique. Dans ce cas, treize heures de conduite d’apprentissage minimums seront nécessaires avant de se présenter à l’examen final. Actuellement, au moins vingt heures de pratique sont obligatoires pour les élèves formés sur boîte de vitesse manuelle.

La hausse du prix des péages 

Les tarifs des autoroutes augmenteront de 0,76% en moyenne, à compter du 1er février, avec des hausses diverses selon les autoroutes. Les automobilistes du sud de la France seront ainsi les plus impactés (+1,197% sur le réseau des Autoroutes du sud de la France).