RETOUR


5 grands projets de ville connectée à travers le monde

par webmaster le 28-02-2017

5 grands projets de ville connectée à travers le monde

Renaud 4 mai 2016 Ville connectée

D’ici 2020, le marché de la ville connectée atteindra 1,4 trillions de dollars. Avec l’expansion des populations et l’urbanisation rapide, il est devenu essentiel de rendre les villes intelligentes afin de répondre à de nombreux enjeux tels que la gestion de l’eau, l’éclairage public ou la sécurité des citoyens. Devant les défis environnementaux qui se posent à nous, les smart Cities semblent ainsi être la solution idéale et centrent le citoyen au cœur d’une ville collaborative.

Plusieurs projets de smart city ont vu le jour, notamment en France (Angers). Mais cinq grandes villes remportent la palme d’or de l’intelligence urbaine à travers le monde, dont l’Inde, Dubai, l’Australie et Singapour.

Inde, 100 villes connectées

Dans le cadre du projet Smart City Mission, le premier ministre indien, Narendra Modi, prévoit une enveloppe équivalant à 1,5 milliard de dollars. Le Ministère du développement indien a choisi 20 villes qui seront bientôt connectées, même si dans un premier temps, seulement 8 d’entre elles sont couvertes par la somme prévue en accord avec la Banque Mondiale : Udaipur, Jaipur, Ludhiana, Ahmedabad, Jabalpur, Surat, Pune et Bhunaneswar. Par la suite, le projet prévoit de rendre 100 villes indiennes intelligentes. 8 secteurs sont concernés par le projet dont la gestion de l’eau, l’environnement, le bâtiment, le plan urbain, la télécommunication, la sécurité, le smart grid et l’énergie renouvelable.

Si la ville connectée prend autant d’essor en Inde, c’est en raison de la forte population urbaine : 31% de la population indienne vit en ville et génère 63% de l’activité économique du pays. C’est pourquoi le gouvernement s’est associé à Atal Mission for Rejuvenation and Urban Transformation (AMRUT), un programme qui concerne 500 villes pour les 5 ans à venir. Le marché de la smart city en Inde devrait atteindre un potentiel de 1,5 trillions de dollars. 

Barcelone, 90 millions d’euros en faveur de la ville connectée

La capitale de la Catalogne progresse dans sa voie vers le statut de métropole connectée. L’IoT est devenu l’un de ses centres d’intérêts, et c’est d’ailleurs pour cela que le Smart City World Congress et le Mobile World Congress se tiennent chaque année dans cette ville. 90 millions d’euros seront investis lors du prochain mandat dans le but de booster les investissements en faveur de la croissance économique, l’innovation et les services publics liés aux smart cities. La ville est actuellement en train d’étudier plus de 200 projets destinés à la rendre plus intelligente.

Afin de faire de Barcelone une ville totalement autonome, de nombreux projets ont vu le jour dont : le portail Apps4Bcn, qui met à disposition des touristes et des habitants les meilleures applications pour découvrir la ville, Mobile ID, qui offre aux habitants l’accès aux services administratifs de manière sécurisée via leur smartphone. Ainsi, plus besoin de faire la queue pendant des heures pour réaliser des tâches administratives, qui vous feraient défaillir Thomas Thévenoud. Afin d’optimiser le service des parkings, ApparkB transmet des informations en direct sur le services de parking utilisés par les conducteurs.

Récemment, la ville a également annoncé l’installation de 1500 spots Wifi qui assureront l’accès à internet à travers toute la ville. A cela s’ajoute 3000 éclairages intelligents, qui s’activent au moindre mouvement et transmettent des données sur la pollution, le bruit ou l’humidité. Quant à la gestion des ordures, la « démocratie des capteurs » l’a rendu plus simple en dotant des bennes de capteurs, qui indiquent le taux de remplissage. 

Singapour : souriez, vous êtes filmé

Après un demi-siècle d’existence, la minuscule nation d’Asie du Sud-Est a réussi à s’imposer dans le giron digital. Avec son projet Smart Nation, le gouvernement a prévu de doter la Cité de capteurs et caméras intelligentes afin de collecter le plus de données possibles sur tout ce qui concerne l’activité urbaine (eau, trafic, ordures, énergie…etc.). Data qui seront directement mises en ligne sur la plateforme Virtual Singapore et accessibles au membres du gouvernement.

De même, afin de mettre à bien ses ambitions de ville intelligente, Singapour a accueilli en son sein Dassault Systèmes dans le cadre d’un projet à 73 millions de dollars. Le but ? Créer un modèle virtuel en 3D de l’île et permettre ainsi aux organismes gouvernementaux, citoyens et entreprises de développer des technologies urbaines. Le quartier de Jurong (ouest de l’île) fait déjà dans l’innovation avec sa zone de développement de 360 hectares où sont installés plus de 1000 capteurs permettant de tout contrôler, que ce soit les flux de véhicules ou les poubelles.

Un Big Brother en devenir ? Singapour fut la première ville à intégrer un péage urbain marquant les débuts de la gestion intelligente de la ville, en 1998. Par le biais de grands portiques siglés ERP (Electronic Road Pricing), chaque véhicule est surveillé. Et comme ce n’est pas assez pour le gouvernement, il est prévu que les automobiles soient facturées au kilomètre via un système de tracking. Grâce à Land Transport Authority (LTA), les routes et les transports publics se retrouvent encadrés par une plateforme qui diffuse les données sur la disponibilité des parkings, le suivi des bus et des métros et l’état du trafic. 

Australie, nation innovante

Le premier ministre, Malcom Turnbull, vient d’ouvrir le programme Commonwealth’s Smart Cities Plan. Le projet aidera à construire une « nation prospère et innovante ». Ainsi, en lien avec City Deals, le gouvernement australien entend mettre les outils en place pour supporter l’industrie, les infrastructures par le biais des nouvelles technologies. Du 19 au 20 avril, se tenait le sommet Smart City Australia où s’étaient réunis plus de 250 professionnels engagés dans l’IoT. Au cours de cette réunion, ils s’étaient focalisés sur la façon dont les technologies pouvaient révolutionner l’énergie, les villes, les transports et la sécurité. En tout, le projet Smart Cities Plan s’évalue à 50 millions de dollars.

Actuellement, un laboratoire connecté est en cours à Adélaïde, première ville intelligente d’Australie. Une coalition d’entreprises, d’universités et de grandes sociétés technologiques se mobilisent pour faire de la ville un modèle de ville technologique. Une société industrielle japonaise d’informatique et de télécommunication, NEC, qui souhaite renforcer la sécurité publique avec les technologies d’identification biométrique, a déjà fait son effet sur les smartphones de la police du sud et du nord australien.

Dubai, une ville intelligente en devenir

Le gouvernement de Dubai prévoit 7 à 8 milliards de dollars pour devenir intelligente. Son projet Dubai Plan 2021 inclut 100 initiatives et prévoit de transformer 1000 services gouvernementaux en services intelligents, basés sur des données. De même, la future ville connectée compte offrir l’internet gratuit à travers 5000 spots Wifi. Dubai investit également dans des systèmes intelligents de transports avec des capteurs de trafic, des applications en lien, et des véhicules intelligents. D’autres domaines sont concernés comme la santé, l’industrie, l’éducation, la sécurité, la télécommunication et le tourisme. Et les policiers pourront disposer de la technologie Google Glass afin de créer la police la plus intelligente du monde d’ici 2018. Dubai voit plus loin encore avec la volonté de construire une montagne artificielle.