RETOUR


1,7 million de jeunes, ni emploi, ni formation en France en 2015

par webmaster le 15-03-2017

1,7 million de jeunes ni en emploi ni en formation en France en 2015

Un jeune sur sept n


Selon une étude de la direction des études du ministère du Travail, ce phénomène concernait 14,7% des 15-29 ans en 2015. L'OCDE alertait déjà sur la situation en 2016.

Sans formation et sans emploi: cette situation concernait 1,7 million de jeunes en 2015 soit un jeune sur sept, selon une étude de la Dares publiée ce mardi. Un chiffre en augmentation par rapport à 2014. Ce phénomène a un nom. Il s'agit des Neet (acronyme anglophone pour «Neither in Employment nor in Education and Training») et il touchait 14,7% des 11,3 millions de jeunes âgés de 15 à 29 ans résidant dans un ménage en France en 2015. Concrètement, 53,3 % des jeunes de cette tranche d'âge étaient sur le marché du travail en France: 43,2 % occupaient un emploi et 10,1 % étaient au chômage. Rapporté au nombre des actifs, le taux de chômage des jeunes était de 18,9% (-0,6 point par rapport à 2014), à comparer à celui de 10,4% pour l'ensemble de la population.

Dans le détail, les 20-24 ans et les 25-29 ans représentent la plus grande part du contingent des Neet avec un poids respectif de 18% et 20% en 2015. Pour les femmes entre 25 et 29 ans, ce taux atteint 24% (contre 16% pour les hommes). À cet âge, en effet, la présence de jeunes enfants est fréquente et plombe l'activité des jeunes mères. Les 15-19 ans, en revanche, sont nettement moins touchés par le phénomène que les autres (6% seulement) car ils sont «très majoritairement en formation initiale».

Alors que la part des Neet avait bondi après la crise de 2008 en France, celle-ci a connu globalement une progression de 0,3 point en 2015 en métropole. Dans le même temps, le taux et la part de chômage des 15-29 ans ont pourtant reculé. Cette évolution, selon la Dares, «s'explique par une augmentation du nombre d'inactifs qui ne sont pas en formation et une baisse du nombre de chômeurs en formation, ces deux évolutions faisant plus que compenser la baisse du nombre de chômeurs».

Coût économique du chômage des jeunes

Les Neet ne sont pas une tendance purement française. L'Hexagone se situe en fait quasiment dans la moyenne de l'Union européenne (14,8% de jeunes ni en formation ni en emploi). Le Royaume-Uni (12,7%), l'Allemagne (8,5%), la Suède (7,4%) et les Pays-Bas (6,7%) font mieux, mais la situation est pire en Espagne (19,4%) et en Italie (25,7%).

Dans son dernier «Panorama de la société», dont le chapitre sur les jeunes a été publié en octobre 2016, l'OCDE tirait la sonnette d'alarme sur les jeunes sans emploi et sortis du système éducatif. L'organisation estimait le coût économique global du chômage des jeunes à 1 % du PIB pour les économies développées, ce qui représente environ 20 milliards d'euros en France.