RETOUR


Coup de Gueule. Halte au massacre du produit ....

par webmaster le 02-04-2017

Coup de Gueule. Halte au massacre du produit.*

C’est curieux, ce besoin qu’ont certains cuisiniers de choisir des produits nobles pour les vider de leur âme.

On se soucie de l’origine d’un légume, d’un poisson, d’une viande, choisis aux meilleures sources avec toutes les références gustatives requises et les labels correspondants, on précise même sur la carte le nom du producteur, on consacre le terroir ou l’artisan et puis, patatras, on efface tout d’un coup de mixer, d’azote, d’édulcorant ou d’aromate.

Quelle sorte de schizophrénie peut bien s’emparer du fourneau français pour que des cuisiniers de talent, obsédés de la performance, se compliquent à ce point la vie en mutilant, en maquillant ou en défigurant une chère pure jusqu’à la dénaturer ?


Mare de ces carottes, de ces soles, de ces poulardes mortes pour rien, sacrifiées sur l’autel du trophée intello-artistique pour glorifier l’ego du gâte-sauce en mal de notoriété. On se prend pour le Ravel du potager avec un boléro de navet ou le Chagall de la marée avec un rouget chromatique.

Les vrais artistes sont les paysans qui cultivent ou élèvent, pas les alchimistes du rata branché. Respectons le produit en lui laissant son goût. Epater n’est pas régaler.

*cf. Quelle époque ! On passe à table. Par Périco  Légasse. Marianne 31 janvier au 06 février 2014- N° 876.