RETOUR


Mathieu Pacaud redonne vie au Divellec

par Pierre Berthet le 26-04-2017

Mathieu Pacaud redonne vie au Divellec


mercredi 26 avril 2017 16:19 - L'hôtellerie -restauration










Paris (75) Après les deux étoiles de Histoires et celle d'Hexagone, Mathieu Pacaud décroche une étoile pour son troisième établissement parisien, Divellec.





Mathieu Pacaud : « Je veux de l'ambiance dans mes restaurants. Il faut que ce soit pétillant et dynamique. '



Le Divellec est une institution courue par le Tout-Paris. La proximité de l'Assemblée Nationale lui a toujours procuré une belle clientèle de politiques. Jacques Le Divellec, qui a cédé son affaire en 2013, pourrait en témoigner. Et malgré sa fermeture et les longs travaux qui ont suivi, les personnalités ont retrouvé le chemin de ce restaurant dédié aux poissons. « L'emplacement et la marque sont deux éléments primordiaux. Ici, on a les deux. Ceci dit, nous avons tout cassé. Entre le rachat du fonds de commerce et les travaux, l'enveloppe se monte à 7,1 millions d'euros », dit Mathieu Pacaud, associé à Isabelle Saglio et Philippe Crach.
Le nouveau Divellec (« Le » a été supprimé), ouvert le 29 septembre 2016 et imaginé par Studio KO, est divisé en plusieurs espaces au gré d'une décoration qui joue le vert céladon et le rotin pour le jardin d'hiver, les banquettes en cuir ou le long bar où l'on peut s'installer pour déguster du poisson cru. « Je veux de l'ambiance dans mes restaurants. Il faut que ce soit pétillant et dynamique. Nous avons deux salons privés, dont l'un est équipé d'un écran géant escamotable qui fait karaoké. Il faut du décalage. On le loue également pour des soirées ou des déjeuners conférence ».
Dans cet établissement de 90 places assises, ouvert 7 jours sur 7 et qui fonctionne avec une équipe de 40 personnes, le poisson est roi. « Il y a des clients qui viennent tous les jours. Ils ont envie de manger simple mais original, joli et élégant. Ils peuvent avoir ce qu'ils veulent, du plat simple au très travaillés avec un poisson d'une qualité exceptionnelle », explique Mathieu Pacaud qui a concocté une carte à cette image. Cela donne d'un côté, la Sole de petit bateau beurre meunière ou le homard grillé (ou poché au choix) au vin jaune du Jura. De l'autre, les rougets rôtis en aiguillettes, artichauts poivrades, aïoli safrané ou Saint-Pierre, marinière de palourdes, crémeux d'oseille. La meilleure vente ? Le Bar, calque, bonbons de pomme verte et baies roses. Le menu déjeuner est à 49 euros, découverte à 90 et dégustation à 210 euros. Les clients sont revenus et sous peu, ils pourront s'installer en terrasse (50 places assises) avec ses chaises en rotin et tables vert d'eau.



Nadine Lemoine
 

En chiffres
Ticket moyen : 130 euros
Nombre de couverts/jour : 140 



 En complément :

Retrouvez tous les articles sur les nouveaux étoilés Michelin 2017

Michelin 2017 : Minestrone d'écrevisses, nage montée au basilic