RETOUR


60 millions de consommateurs liste noire des objets dangereux

par webmaster le 04-11-2017

60 millions de consommateurs dresse une «liste noire» des objets dangereux

Dans son édition de novembre, le mensuel publie une liste de 100 produits du quotidien qui s'avèrent être défectueux. Une cuisinière à gaz, un modèle de lit en bois, d'ours en peluche ou encore un ventilateur, le danger peut-être dans chaque pièce de la maison.

Voilà une étude qui n'est pas sans rappeler le scandale que traversait Samsung il y a un an, suite aux explosions à répétition des batteries du Galaxy Note 7. Alors en pleine course contre Apple, le géant coréen avait dû reporter ses livraisons et affronter l'un des plus grands fiascos de la téléphonie mobile. A l'image de ce téléphone, notre quotidien est fait de produit dangereux, comme l'a révélé le mensuel 60 millions de consommateurs.

Le magazine dresse une «liste noire» de ces objets, qui ont tous fait l'objet d'une procédure de rappel. Mais, malgré les campagnes des industriels, certains de ces objets sont toujours présents dans les habitations des Français. Ainsi, le mensuel précise les références des produits dangereux et indique la démarche à suivre pour obtenir réparation.

High-tech, électroménager, bricolage, téléphonie, textiles...beaucoup de secteurs sont pointés du doigt par le magazine. Ainsi, les batteries de certains ordinateurs portables HP vendus entre mars 2013 et octobre 2016 menacent de prendre feu. Plus commun encore, certains modèles de réfrigérateur Frostfri (lots numéros 1545 à 1602) du géant Ikea ont été rappelés pour des «risques électriques».

En février dernier, le groupe BSH (Bosh et Siemens) avait lui aussi rapatrié plusieurs modèles fabriqués jusqu'en 2011, pour des risques de fuite de gaz et d'explosion. Cet incident n'était d'ailleurs pas inédit pour BSH, quelques années seulement après l'annonce des risques d'incendies sur des millions de lave-vaisselle de la marque à travers le monde...

À cette liste viennent s'ajouter de nombreux robots culinaires (Vorwerk et Cuisinart), des cafetières (Arzum), des lave-linge (Miele, Conforama), des outils de jardinage, des ventilateurs (Listo) mais aussi des chaussures (Tex) ou encore des ceintures (Bréal) qui présentent des risques d'allergie. L'inventaire est long de ces cent produits défectueux, qu'il faudrait «traquer» pour ne prendre aucun risque.

Une liste très longue pour les produits concernant les plus jeunes

Les jouets et la puériculture ne sont pas en reste et la liste est tout aussi inquiétante. Chez les plus jeunes, le danger se présente souvent sous l'appellation «risque d'étouffement». C'est notamment le cas de certains ours en peluche de la marque Kalidou vendus après mai 2014, ou de la poussette «Pepa Pig» de GiFi. De plus, des trottinettes trois roues des marques JouéClub, Moov'ngo ou encore Smoby présentent des risques de chute ou de coupures. Plus alarmant encore, de simples assortiments de dinosaures de marque CDM, distribué par Auchan, sont rappelés pour des risques chimiques au phtalate, un composant pourtant souvent utilisé dans la fabrication de jouets pour enfant.

Pour les nourrissons, les lits en bois de la marque comptine présentent des risques de blessures, tout comme des tables à langer, des chaises hautes, des poussettes ou des porte-bébés. Tous ces produits doivent être rapportés aux magasins, pour éviter toute catastrophe.

Les rappels de produits: un processus long et complexe parfois oublié

Voilà donc une alerte sur la sécurité domestique qui effraie. Notre produit favori peut-être défaillant et dangereux, sans que nous en soyons prévenus. En guise d'exemple dans l'enquête, le mensuel choisi un modèle de four Whirlpool, dont le grill se met en route subitement, sans même qu'on ne lui demande. Le seul moyen de mettre fin à cet instant de folie est de débrancher le four. Paradoxalement, ce modèle n'a pas été visé par une campagne de rappel alors que le consommateur s'expose à un vrai risque. Le fabricant prend seulement en charge la réparation, mais encore faut-il s'en rendre compte avant que le four ne prenne feu.

Comme le précise le mensuel, avant de lancer ce processus de rappel, des expertises souvent très longues doivent être menées. Les produits défaillants restent donc entre les mains des consommateurs et bien trop souvent à portée de main des plus jeunes...