RETOUR


Enfant, il a livré une bûche de Noël à Johnny à Grosrouvre

par Pierre Berthet le 08-12-2017


http://www.leparisien.fr/grosrouvre-78490/enfant-il-a-livre-une-buche-de-noel-a-johnny-a-grosrouvre-ce-tete-a-tete-ephemere-m-a-marque-a-vie-07-12-2017-7438887.php

Enfant, il a livré une bûche de Noël à Johnny à Grosrouvre : « Ce tête-à-tête éphémère m’a marqué à vie »

Cette année-là, ce fut son cadeau de Noël. Il allait s’en souvenir toute sa vie. 24 décembre 1965. Patrick Scicard a 10 ans. Son père est pâtissier à La Queue-lez-Yvelines. Dans la boutique de la rue Nationale, « Au fin gourmet », le paternel enchaîne les bûches de Noël. Il faut bientôt sauter dans la camionnette pour une livraison à Grosrouvre, un village voisin. Le pâtissier connaît le nom du client. Pas le petit Patrick, qui rechigne à se farcir la livraison avec son père, alors que ses copains savourent leurs vacances au pied du sapin.

Un soda avec Sylvie Vartan et Carlos

Voilà les Scicard devant une propriété cossue. Et le père qui lâche, mystérieux : « Vas-y, tu vas avoir une surprise ». La bûche de Noël sous le bras, Patrick s’exécute. Ding dong. La surprise, c’est lui : Johnny Halliday, sur le pas de la porte. L’icône du rock’n’roll sous les yeux du petit pâtissier, qui l’invite à entrer. Lui propose un soda, que Patrick déguste devant le sapin du dieu de la scène. Dans le salon, il y a Sylvie Vartan. Et le chanteur Carlos, qui lui fait la bise…

« Tout est vrai, assure Patrick Scicard, 52 ans plus tard, au lendemain du décès du chanteur. Johnny était là, en famille, tellement gentil, les yeux pétillants. Ce tête-à-tête éphémère m’a marqué à vie. Ce soir-là, j’étais jaloux de mes copains qui pouvaient jouer alors que je travaillais. Mais moi, j’ai pu approcher une étoile. Je n’échangerai cette journée pour rien au monde. » Dans un livre paru en 2009 chez Ramsay, « La vie est une part de gâteau », Patrick Scicard a consacré un chapitre à ce souvenir d’enfance « fondateur ».


Bientôt, le petit garçon de l’époque allait embrasser une carrière fulgurante. Formé sur les bancs de l’école hôtelière de la rue de Médéric, à Paris (XVIIe), Patrick Scicard a dirigé Le Lutetia, célèbre hôtel du sixième arrondissement, puis le Martinez à Cannes (Alpes-Maritimes). Il fut ensuite président du directoire de la Maison Lenôtre pendant 17 ans, à Plaisir.

Il a organisé les réceptions pour les 37 ans et les 69 ans du chanteur

Au cours de sa carrière, il a de nouveau croisé la route de Johnny, son étoile de Grosrouvre. C’est lui qui a orchestré la réception organisée pour ses 37 ans, au Pavillon royal, un établissement du Bois de Boulogne. Lui encore, qui a mis les petits plats dans les grands pour ses 69 ans, à Paris, sur un bateau-mouche. « Je lui avais suggéré du homard. Il a voulu un gaspacho, du gigot avec des flageolets et un cheese-cake, se souvient Patrick Scicard. Au cours de cette soirée, j’ai pu lui dire à quel point ma rencontre avec lui à Grosrouvre m’a accompagnée toute ma vie. Cet élan, ce coup de pied aux fesses qu’il m’a donné sans le savoir. Cet encouragement pour la valeur du travail et les belles surprises que cela peut réserver ». Comme rencontrer Johnny un soir de Noël.