RETOUR

A.Buzyn favorable hausse taxe nuits dans les palaces à Paris

par webmaster le 29-02-2020

Municipales 2020 à Paris : Buzyn favorable à une hausse de la taxe sur les nuits dans les palaces

POLITIQUE « Cela permettrait de financer un fonds de solidarité de 15 à 20 millions d'euros pour soutenir les commerçants en difficultés et l'attractivité de la capitale », explique la candidate

20 Minutes avec AFP


— 

Agnès Buzyn, candidate LREM, à la mairie de Paris
Agnès Buzyn, candidate LREM, à la mairie de Paris — SIPA PRESS

Une nouvelle annonce. Agnès Buzyn, tête de liste LREM aux municipales à Paris, propose de doubler, à 10 euros, la taxe sur les nuitées d’hôtel dans les palaces parisiens pour financer un fonds de soutien aux commerçants en difficultés, explique-t-elle vendredi.

« Ma promesse, c’est de n’augmenter ni les impôts pour les Parisiens ni la dette. Je suis en revanche favorable au relèvement de la taxe sur les nuitées d’hôtel dans les 5 étoiles palaces, qui passera de 5 à 10 euros », dit-elle  dans un entretien aux Echos.

« Cela permettrait de financer un fonds de solidarité de 15 à 20 millions d’euros pour soutenir les commerçants en difficultés et l’attractivité de la capitale », explique-t-elle.

Airbnb et car de tourisme

Interrogée par ailleurs sur la plateforme de location de meublés touristiques Airbnb, elle dit vouloir « doubler le nombre de personnes qui s’occupent aujourd’hui (de son) contrôle », pour « que la règle des 120 nuitées soit respectée ».

Elle se prononce par ailleurs « pour l’interdiction » des cars de tourisme dans la capitale, « mais organisée progressivement en concertation avec les acteurs du tourisme, pas de manière brutale ».

La candidate, qui présentera en début de semaine prochaine son budget, construit autour du principe « un euro dépensé en plus sera toujours mis en face d’un euro d’économie », indique avoir « déjà identifié 300 millions d’euros d’économies possibles dans le budget de fonctionnement de la mairie ».

Notre dossier sur les municipales

Elle souhaite « une réduction du nombre de collaborateurs des élus qui est très important aujourd’hui ou du nombre de voitures de fonction », ainsi qu’une augmentation du temps de travail des agents de la Ville pour « atteindre progressivement les 35 heures ».