? La présidence la plus courte
William Henry Harrison s'obstina en 1841 à prononcer le plus long discours d'investiture connu - 1h45 - dehors, malgré une tempête, et ce sans revêtir de chapeau ou de manteau. Son exploit le fait contracter un rhume qui dégénère en pneumonie. Il meurt 32 jours plus tard.

'So help me God'
En 1789, George Washington improvise la fin de son serment et lance 'avec l'aide de Dieu', avant d’embrasser la bible sur laquelle il a juré. Cela sera repris par ses successeurs qui, par symbolisme, utilisent souvent leur bible familiale et des exemplaires illustres. Par exemple Barack Obama, qui utilisera la bible de Lincoln et y ajoutera celle de Martin Luther King.

La malédiction d'Abraham Lincoln
En 1865, Lincoln remporte une seconde élection. Le jour de son investiture, un jeune homme, John Wilkes Booth, s'élance en direction du républicain. Il sera interpellé de justesse, avant d’être interrogé puis relâché. Il fera à nouveau parler de lui, 41 jours plus tard, en abattant le président.

Le couple présidentiel le plus cool
Après le bal ayant suivi l’investiture de Barack Obama en 2009, un membre du staff a surpris Michelle en t-shirt et jogging, en train de danser avec son président de mari sur un titre de Mary J. Blige.

A LIRE AUSSI >> Dernier discours sur l’état de l’Union d'Obama : d'où vient cette tradition ?

Johnson sous pression
Les relations étaient pour le moins houleuses entre Lyndon B. Johnson et son plombier. Le 36ème président réclamait en effet régulièrement à celui-ci une douche proposant plus de pression. Au fil des mois, la cabine fut alors équipée de jets très puissants, dont 'l’un était dirigé au niveau du pénis du président', raconte l’ancienne correspondante à Washington Kate Andersen Browser, qui a écrit un livre sur les secrets des locataires de la Maison-Blanche.

L’ours de Roosevelt
Selon la légende, l’ours Teddy Bear n’aurait jamais existé sans une partie de chasse restée célèbre. En 1903, le président Theodore Roosevelt revient bredouille après plusieurs jours dans les bois à chasser l’ours. Pour remonter son moral, les organisateurs lui proposent d’abattre un ourson, capturé. Choqué, Roosevelt ordonne qu’on libère la bête. Une histoire qui sera récupérée par des entrepreneurs, qui lance la production de l’ourson en peluche prénommé Teddy Bear (l’ours de Teddy), en référence au surnom donné au président.

Le président aux 15 enfants
Le 10ème président des États-Unis restera – pour l’instant - celui qui a eu le plus d’enfants. John Tyler, marié deux fois, a en effet eu quinze enfants. Les huit premiers sont issus de son mariage avec Letitia Tyler, décédée en 1842, les sept autres sont issus de son union avec Julia Tyler. Conséquence : sa dernière fille, Pearl, est décédée un siècle après sa soeur ainée, Mary.

Une balle dans la poitrine à vie
Septième président des États-Unis, Andrew Jackson (1767-1845) a eu la réputation d’être un homme dur. Et pour cause : en 1806, celui qui n’est encore qu’un commandant en chef de la milice du Tennessee est provoqué en duel à la suite d’une dispute portant sur une dette de jeu. Un duel dont il sort gagnant... même s’il reçoit une balle dans la poitrine qu’il gardera toute sa vie.

Andrew Johnson l’autodidacte
Fils d’ouvrier, Andrew Johnson n’est jamais allé à l’école. Il deviendra tailleur, mais aussi membre du conseil municipal de sa commune de Caroline du Nord. C’est là où il se fait vite une réputation, et devient député au Congrès. En parallèle, sa femme lui apprend à lire et écrire. Il deviendra le vice-président d’Abraham Lincoln, à qui il succèdera en 1864.

? L’acteur Ronald Reagan
Rien ne prédestinait Ronald Reagan à devenir l’homme le plus puissant du monde. La preuve ? Après ses études d’économie, il décide de devenir acteur. Avant d’entrer en politique, sa filmographie est éloquente, avec 63 films tournés entre 1937 et 1964.

A LIRE AUSSI >> Elections américaines : demandez le programme !