RETOUR


Préparez vous : une vague de grand froid va déferler sur la France

par webmaster le 15-01-2017

Préparez-vous : une vague de grand froid va déferler sur la France

Intoxication au monoxyde de carbone, gelure, hypothermie, infection broncho-pulmonaire... les vagues de grand froid ne sont pas sans risques pour notre organisme. Suivez nos conseils.

LL'Obs Publié le 15 janvier 2017 à 14h15 avec AFP.

Préparez-vous ca va piquer vif : dès mardi 17 janvier, à peine la tempête Egon passée, les températures sur quasiment l'ensemble du territoire vont passer en-dessous de zéro, selon Météo France. Et ça va s'installer ! Chaque jour sera plus froid que le précédent au moins jusqu'à au moins la fin de la semaine, où l'on devrait repasser au-dessus de la barre de zéro. 

En attendant, profitez des soldes pour vous ravitailler en pulls chauds : les températures s'échelonneront entre -5 et -10°C le matin près de l'Atlantique jusqu'à moins 15 degrés dans le Nord-Est. Soit entre 5 et 8°C en-dessous des normales saisonnières.

De nombreuses régions, à l'exception des littoraux atlantiques et méditerranéens, connaîtront des journées sans dégel, souligne Météo France qui ajoute que des chutes de neige jusqu'en plaine sont à prévoir.

'Le vent de nord-est accentuera encore la sensation de froid', prévient Météo France. France Info explique que cet air glacial provient de Sibérie et du nord de l'Europe. 

Haut du formulaire


Bas du formulaire

Haut du formulaire

Bas du formulaire

La dernière vague de froid significative sur l'hexagone s'était produite en 2012 lors de la première quinzaine de février. Le thermomètre était alors descendu à -16°c et -18°C dans certains endroits. 

Danger n°1 : le monoxyde de carbone

Alors faut-il prendre des précautions particulières ? Oui.

Le ministère de la Santé diffuse depuis samedi des spots de prévention, notamment pour éviter des intoxications au monoxyde de carbone dues à l'utilisation des appareils de chauffage d'appoints ou de groupe électrogène. Ainsi, le site du ministère préconise de :

  • Ne pas utiliser de façon prolongée un chauffage d'appoint à combustion quelque soit le combustible : bois, butane, charbon, essence, fuel, gaz naturel, pétrole, propane... 
  • Ne pas se chauffer avec des appareils non destinés à cet usage comme les réchauds de camping, les barbecues, les fours, les brasero...;
  • Aérer tous les jours son habitation au moins pendant 10 minutes;
  • Ne pas obstruer les grilles de ventilation, même si on a froid;
  • Ne pas utiliser de groupe électrogènes dans un lieu fermé

Le monoxyde de carbone est un gaz invisible, inodore et non irritant. Chaque année, des milliers de personnes sont intoxiquées. Selon les derniers chiffres de l'Institut de veille sanitaire, 3.500 personnes ont été déclarées intoxiquées à l'hiver 2015.  Près d'une centaine de personnes en meurent chaque année. Les intoxications les moins graves provoquent des maux de têtes, des nausées ou des vertiges, voire un évanouissement. Dans ses formes les plus graves, cette intoxication peut conduire à une hospitalisation, laisser des séquelles à vie, voire être mortelle.

Limiter les activités extérieures

Ce genre de vague de froid peuvent provoquer des gelures, des hypothermies, des crises d’asthme et des angines de poitrine, des infections broncho-pulmonaires.. Le Ministère de la santé recommande donc aux personnes à risques (personnes âgées, personnes souffrant de certaines maladies cardiaques ou respiratoires) de limiter les sorties à l'extérieures.

Les nourrissons et le bébés sont particulièrement fragiles. Il faut éviter de sortir avec un nourrisson. 

Même en bonne santé, il faut éviter les efforts physiques : le coeur bat plus vite en période de grand froid pour lutter contre le refroidissement. 

Bien se couvrir ! 

Si vous deviez quand même sortir, le Ministère insiste pour bien couvrir le bébé, surtout au niveau de la tête, des mains et des pieds. La poussette et le porte-bébé sont à éviter. Ce dernier risque de comprimer les jambes et de favoriser les engélures . Il est préférable qu'il soit porté dans les bras, cela lui permet de bouger et de se réchauffer. Quand il dort, il faut bien le protéger du vent.

Pour tout le monde, petits et grands : s'habiller chaudement en privilégiant les couches multiples (la technique de l'oignon), plutôt qu'un seul vêtement épais qui permettra de faire circuler l'air entre les couches constituant ainsi un bon coupe-vent. Bien entendu, bien protéger les extrémités pour aider à conserver le sang à 37°C (30 % de la perte de la chaleur s'effectue par la tête). On peut également se protéger le nez et la bouche : l'air froid entrant augmente le froid dans le corps et irrite les muqueuses.

Enfin, attention à la consommation d'alcool (contrairement à ce que l'on croit, l'alcool ne réchauffe pas !) et la prise de certains médicaments comme les neuroleptiques et les psychotropes sédatifs, qui perturbent l'organisme et fontt disparaître les signaux d'alerte du froid. 

'Pilotage national'

Par ailleurs, en prévision, le gouvernement a mis en place samedi un 'pilotage national quotidien' afin 'd'anticiper au mieux les besoins supplémentaires durant cette période exceptionnelle', a indiqué Matignon dans un communiqué.

Le Premier ministre Bernard Cazeneuve a rappelé que 'plus de 120.000 places d'hébergement' avaient été 'pérennisées' pendant le quinquennat, et que s'y ajoutaient 'd'ores et déjà plus de 10.000 places supplémentaires, mobilisées au titre de la période hivernale'. Il a également voulu la mobilisation 'de surcroît de la sécurité civile, la police et la gendarmerie, ainsi que des sapeurs-pompiers pour le repérage et la mise à l'abri des personnes concernées'. Matignon a expliqué qu'il prévoyait notamment 'un mécanisme d'activation opérationnelle - mesures d'information, de sauvegarde et d'urgence adaptées et proportionnées aux situations'.

Pour l'hébergement des personnes sans domicile fixe, a-t-il précisé, 'ces mesures visent en priorité à ouvrir des places temporaires exceptionnelles, au-delà des places hivernales déjà ouvertes, en fonction des besoins quotidiens, à renforcer les effectifs des services organisant le premier accueil des personnes hébergées (115, Samu social, SAO et SIAO)'. Il vise également 'plus spécifiquement (à) l'intensification des maraudes directement en contact avec les personnes à la rue, y compris pour convaincre si besoin'

La Mairie de Paris a annoncé renforcer dès ce week-end son offre d'hébergement pour les sans abris avec l'ouverture supplémentaire d'une salle dans le IVe arrondissement et d'un gymnase dans le XVe, soit 85 places. 'En quelques jours, ce sont sept lieux municipaux, pour un total de 259 places, qui sont venus s'ajouter à ceux déjà ouverts par l'État en cette période hivernale', rappelle la municipalité dans un communiqué.

Des centrales en surchauffe 

Le gestionnaire du réseau de transport d'électricité RTE a prévenu qu'il pourrait être contraint de déclencher dès mardi 'une partie' des mesures exceptionnelles envisagées pour répondre aux besoins d'électricité de la France face à cette vague de froid.

Grand froid : la France va-t-elle manquer d'électricité ?

Samedi midi, environ 23.000 foyers restaient privés d'électricité en Normandie et en Picardie, après la tempête qui a traversé le pays jeudi soir et vendredi matin, selon le gestionnaire du réseau de distribution d'électricité Eneides.


(Avec AFP)