RETOUR


Tourisme : c'est bien reparti fin 2016

par webmaster le 08-02-2017

Tourisme : c'est bien reparti fin 2016

Economie


Enfin une bonne nouvelle dans le climat anxiogène ambiant ! La fréquentation des établissements touristiques en France est repartie à la hausse au dernier trimestre 2016, un «fort rebond» qui lui permet de retrouver et même dépasser son niveau de l'automne 2014, avant les attentats de 2015 et 2016, a indiqué hier l'Insee.

Lors des trois derniers mois de l'année écoulée, les nuitées touristiques ont ainsi affiché une progression de 3,9 % par rapport au dernier trimestre 2015, «après deux trimestres consécutifs de baisse», selon le baromètre de l'Institut de la statistique et des études économiques.

«Ce fort rebond fait plus que compenser le net repli enregistré un an plus tôt (-1,8 %) lié à l'impact des attentats» qui ont touché le sol français à partir de janvier 2015. Le redémarrage est «particulièrement net» concernant la clientèle française (+4,3 %), alors que le flux des visiteurs étrangers progresse de 2,9 %.

56,3 millions de nuitées

Au total, en France métropolitaine, avec 56,3 millions, «le nombre de nuitées dépasse ainsi celui du quatrième trimestre 2014», tous hébergements collectifs confondus (de l'hôtel au camping). Après deux années noires pour le tourisme, les professionnels du secteur faisaient état depuis novembre d'une timide reprise de la fréquentation, mais sans chiffres à l'appui : l'Insee a ainsi confirmé qu'«après un frémissement en octobre (2016) par rapport au même mois de l'année précédente, la fréquentation redémarre nettement en novembre, tant dans l'hôtellerie que dans les autres hébergements collectifs touristiques».

Et en décembre, «cette hausse se poursuit dans l'hôtellerie, mais s'interrompt dans les autres hébergements, en partie pénalisés par un déficit d'enneigement dans les stations de sports d'hiver», a détaillé l'Insee.

En 2015, quelque 85 millions de touristes étrangers ont visité l'Hexagone, mais le chiffre pour 2016 n'a pas encore été rendu public par le gouvernement.

La Dépêche du Midi