RETOUR


Emploi jeunes : idées de Bernard Tapie, Thierry Marx, St.Richard

par webmaster le 12-02-2017

Emploi des jeunes : les idées de Bernard Tapie, Thierry Marx et Stéphane Richard

ENQUETE - Dans le JDD de dimanche, des personnalités livrent leurs solutions pour lutter contre le chômage des moins de 25 ans. En avant-première, voici celles de Bernard Tapie, Thierry Marx et Stéphane Richard.

Bernard Tapie, Thierry Marx, Stéphane Richard : trois visions différentes pour l'emploi des jeunes. (Sipa)

La jeunesse et l’inversion de la courbe du chômage étaient une priorité et un objectif du quinquennat de François ­Hollande. Leur combinaison s’avère cruelle?: depuis mai?2012, le chômage des moins de 25?ans a crû en confondant les catégories A, B et C (chiffres Dares). Si la fameuse courbe générale a fini par s’inverser en 2016, la plaie de l’emploi des jeunes demeure une spécificité ­française. Le 'surchômage' de cette catégorie est largement supérieur à la moyenne européenne. Dans le JDD, 7 patrons, entrepreneurs et économistes livrent des pistes de réflexion. Extraits.

Bernard Tapie, ancien ministre de la Ville :

'Évaluer l’efficacité des centres de formation'

'Les centres de formation sont, dans leur très grande majorité, totalement inefficaces. Sur les 36?milliards d’euros dédiés à la formation, un seul l’est pour la formation des chômeurs. Il faut leur imposer une obligation nouvelle?: utiliser 40% de leur budget à la formation des chômeurs, dont la moitié pour les jeunes chômeurs.'

Thierry Marx, chef, créateur de Cuisine mode d’emploi(s), programme de formation aux métiers de la restauration :

'Développer des formations courtes et opérationnelles'

'Le nerf de la guerre, c’est la ­formation. L’apprentissage actuel est trop long et trop théorique. Il faut former les jeunes plus rapidement pour répondre à la fois à leur demande et à celle des entreprises. Les jeunes d’aujourd’hui n’ont pas le même rapport 'sacrificiel' à l’emploi que leurs parents.'

Stéphane Richard, PDG d’Orange :

'Renforcer l’attractivité de l’apprentissage'

'Il est urgent d’agir et deux problèmes majeurs expliquent la situation ­française. D’abord, un fossé gigantesque sépare la formation de nos jeunes et les attentes des entreprises. Alors que nous avons un besoin grandissant de compétences en code ou en big data, il y a un déficit criant dans notre pays.'

Pour lire toutes les propositions en intégralité, retrouvez le JDD en kiosques, sur iPad ou sur Internet.

Propos recueillis par Clara Bamberger et Guillaume Rebière - leJDD.fr