RETOUR


La formation professionnelle peu adaptée nouvelles pratiques

par Pierre Berthet le 09-03-2017

La formation professionnelle est peu adaptée aux nouvelles pratiques des Français


INFO LE FIGARO. - Selon une étude du cabinet Roland Berger, en France, les méthodes pédagogiques n'utilisent pas assez le numérique. La France est à la traîne de l'Europe dans ce domaine.

On sait que la formation professionnelle est inégalitaire en France: 55% des ingénieurs et des cadres en bénéficient, contre 39% des chômeurs et des 20% des ouvriers non qualifiés. Deux publics qui, pourtant, en auraient le plus besoin. Pour répondre à ce défi, l'exécutif a lancé le plan 500.000 formations supplémentaires, ciblé sur les chômeurs. Pas de quoi toutefois inverser la tendance.  Et si une partie de la solution venait d'une réforme des méthodes pédagogiques? C'est une des pistes avancée dans une étude du cabinet de conseil Roland Berger, que Lefigaro.fr dévoile en exclusivité. Premier constat, la France est en retard sur ce plan. Alors que 46% des salariés européens ayant bénéficié de formations sont passés par des sessions mixtes, alliant formation en ligne et en salle avec présence du formateur, ce n'est le cas que de 35% des Français. Ce qui place l'Hexagone dans le peloton de queue européen.

À cela, plusieurs raisons. Les organismes de formation sont très nombreux en France - environ 60.000. Nombre de ces prestataires sont de toutes petites entreprises qui ont peu les moyens d'investir dans des nouveautés pédagogiques. «Et du côté de la demande, le marché est structuré par de grands acheteurs publics, comme les Régions, qui font des commandes massives. Pour l'instant, ils ne privilégient pas l'innovation», ajoute Romain Lucazeau, Senior Project Manager chez Roland Berger et rédacteur principal de l'étude. Enfin, de façon plus générale, la France se montre frileuse dans la «digitalisation» de l'éducation et de la formation.

Avec le numérique, le rythme de progression peut être adapté à chacun

Un gâchis, car le numérique offre de nombreuses possibilités d'améliorer les formations. Typiquement, il est possible de bâtir des programmes mixant des sessions en salle avec un formateur et des cours en ligne. Du coup, les dates de lancement des sessions peuvent être plus flexibles, ce qui évite aux personnes d'attendre des mois avant de rentrer en formation. «Surtout, le rythme de progression peut être adapté à chacun, selon les retours faits. Cela réduit les abandons», souligne Romain Lucazeau. Les nouvelles méthodes pédagogiques, fondées sur le jeu, peuvent aussi lever les appréhensions de certains publics, moins formés, que des cours traditionnels peuvent rebuter.

«Le numérique rend la formation plus efficace, moins chère et plus accessible», conclut Romain Lucazeau. Et la mise en place de système de collectes massives des résultats des formations permettrait de savoir celles qui fonctionnent ou pas. Une transparence qui serait salutaire! La Région Ile-de-France vient de lancer un projet en ce sens: sur une plateforme numérique, les formés et les entreprises pourraient noter les formations.

La rédaction vous conseille


Cécile Crouzel