RETOUR


Orange : 5 questions autour de la virtualisation de la box

par Pierre Berthet le 22-04-2017

Orange : 5 questions autour de la virtualisation de la box

Réseaux : L'annonce qui a le plus retenu l'attention lors du show Hello est le projet de virtualisation de la Livebox dans les prochaines années. Quelles conséquences pour les clients et l'opérateur ?

Le ton a été donné par Stéphane Richard, p-dg d'Orange lors de son show annuel Hello : 'Les box actuelles représentent la dernière génération des box telles qu'on les connaît'. En effet, Orange entend désormais revoir complètement son approche technologique pour ses boîtiers au coeur de nos usages Internet dans le foyer.

On était en effet habitué à une surenchère technologique entre les opérateurs pour se démarquer (d'ailleurs, la prochaine Freebox est toujours très attendue) mais pour Orange, le tour de la question a été fait. Il s'agit maintenant de remettre l'intelligence dans le réseau afin de proposer plus de souplesse au client final et accessoirement des économies dans la fabrication de ces boîtiers.

-Concrètement, ça veut dire quoi ?

La virtualisation des fonctions de la livebox consiste à déplacer l'intelligence logicielle et la capacité de calcul de la livebox vers des serveurs distants dans le réseau d'Orange. Le livebox devient alors essentiellement le point de distribution de la connexion à la maison. Les mises à jour et l'ajout de services de partenaires se feront directement sur les serveurs de l'opérateur sans besoin de changer de matériel ou de mettre à jour le firmware.

Du coup, dans le foyer, seul un petit boîtier sera nécessaire. 'L'idée est de proposer aux clients une box plus simple, réduite à quelques fonctions comme le routing et le Wi-Fi. Les services étant dans le réseau', explique à ZDNet.fr, Luc Bretones d'Orange.

La première étape sera la virtualisation du disque dur ou encore de l'interface utilisateur et TV pour accéder à ses contenus stockés depuis n'importe où via une nouvelle application 'tour de contrôle'. Les programmes seront donc enregistrés dans les serveurs d'Orange et plus dans la box. Dès 2018 cette fonction sera proposée en France sur les box actuelles (elle est déjà opérationnelle en Roumanie) mais l'idée est évidemment de déployer ensuite des box plus simples. 

Evidemment, cette approche technologique nécessite un bon débit descendant et montant et peu de latence : les clients fibre optique sont donc les plus concernés. 

-Quels avantages pour le client ?

Outre une box unique (au lieu des deux boîtiers nécessaires), plus petite et plus sobre (Orange en profitera-t-il pour en finir avec les 3 euros facturés tous les mois pour la location de sa box ?), l'utilisateur pourra s'affranchir des distances et par exemple accéder à ses contenus enregistrés en dehors de son foyer ou au contraire pousser des contenus vers l'écran de son foyer alors qu'il est à l'extérieur.

Avec cette puissance 'déportée', les limites technologiques de la box ne s'appliquent plus, les clients pourront donc accéder à des services tiers en ligne quels qu'ils soient ou encore lancer plusieurs enregistrements simultanément.

Enfin, cette approche permet d'optimiser le support. 'On sera capable de regarder le réseau du client comme si on y était, prendre le contrôle à distance, on va gagner en efficacité. La virtualisation permet une extension du réseau domestique du client', ajoute Luc Bretones.

-Quid des clients Entreprises ?

La virtualisation de la livebox permettra de connecter à la demande sa livebox Pro à celle d'un partenaire, d'un autre site de l'entreprise, ou même à celle du domicile. Elle autorisera alors le partage de données, de ressources techniques ou de services d'un site à l'autre. On peut également imaginer que des fonctions clés comme le standard téléphonique pourront également être déportées. 

-Quels avantages pour Orange ?

Evidemment, Orange fera des économies en faisant produire des box moins puissantes : 'Ca impliquera la disparition des disques durs embarqués, donc cela aura un impact réel sur les coûts de fabrication', explique le responsable. Des économies sur le support sont également à prévoir : 'on pourra éviter d'envoyer des techniciens pour rien car aujourd'hui de nombreux incidents sont mal évalués et génèrent des déplacements inutiles'. 

D'un autre côté, le responsable rappelle que ce virage technologique implique d'importants investissements afin d'adapter le réseau au pilotage logiciel (SDN) : 'répartir l'intelligence dans le réseau, c'est l'obligation d'adapter le réseau en profondeur.'

- Quel calendrier ?

Orange prévoit un déploiement progressif en commençant par la virtualisation des enregistrements TV, une fonction déjà opérationnelle en Roumanie. Elle le sera en Espagne à la fin de l'année et en France en 2018 sans avoir besoin dans un premier temps de changer de box. Mais la livebox actuelle sera bien la dernière des box telle qu'on les conçoit aujourd'hui. 'On s'attaquera ensuite aux autres services perso/pro', ajoute Luc Bretones.

Côté entreprises, 'des tests sont actuellement en cours' et Orange prévoit le lancement commercial de premiers services l'année prochaine.