Le nouveau ministère de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, assure qu’il n’a pas l’intention de balayer tout ce qui a été fait par ses prédécesseurs. Toutefois, il va procéder à des ajustements. Voilà ses six premiers chantiers :

1/L’accès au redoublement

Le ministre souhaite l’autoriser à nouveau dès la prochaine rentrée, jugeant qu’il n’était « pas normal » de l’interdire et qu’il y avait « quelque chose d’absurde à laisser passer de classe en classe des élèves accumulant des retards ». Pour lui, cet outil « doit rester rare » mais peut « parfois peut-être bénéfique pour un élève », Ex-détentrice de ce portefeuille, Najat Vallaud-Belkacem avait entériné dans un décret « le caractère exceptionnel du redoublement ».

2/Des classes allégées au CP

L’objectif est de dédoubler les classes de CP des écoles situées dans les quartiers défavorisés et très défavorisés, les zones REP (réseau d’éducation prioritaire renforcé) et REP +, afin de réduire les effectifs à 12 élèves par classe. À terme, cette mesure concernera l’ensemble des classes de CP et de CE1 dans ces quartiers. Un peu plus de 2 500 postes seront puisés dans le vivier des professeurs remplaçants, et une prime de 3 000 euros net par an devrait revenir aux enseignants en REP +.

3/Le choix du rythme scolaire

À la rentrée 2018, les communes auront le choix entre la semaine de 4 jours et celle de 4,5 jours. Ainsi, le ministre souhaite « ne pas changer » la semaine de 4,5 jours « là où ça marche » mais des dérogations seront possibles pour revenir aux rythmes scolaires instaurés en septembre 2014.

4/Le retour d’options au collège

La liberté de choix, ce sera pour les établissements du secondaire aussi. Les collèges pourront remettre en place des classes bilangues ou les options latin et grec. L’accompagnement personnalisé et les enseignements pratiques interdisciplinaires perdront leur caractère obligatoire.

5/L’arrivée de stages de soutien

Avant la sixième, des stages de soutien gratuits d’une semaine seront proposés « fin août au moins en éducation prioritaire, et si possible plus largement ». Centrés sur le français et les maths, ils seront dispensés par des enseignants volontaires rémunérés en heures supplémentaires.

6/Faire ses devoirs à l’école

Dans un maximum d‘écoles et de collèges, les devoirs pourront être faits après les heures de classe au sein même de l’établissement lors d’un temps d’étude accompagné par un étudiant, un prof à la retraite, un surveillant… L’objectif est de pouvoir proposer ce programme à 20 % des collégiens en 2017-2018.

7/Et la réforme du bac ?

C’est le point le plus important de la réforme de l’éducation nationale promise par le président Macron, mais aussi la plus difficile à mener. Le ministre avance à pas de loup sur le sujet, évoquant « un tremplin pour la suite du parcours » de l’élève. Le baccalauréat pourrait se concentrer, lors de l’examen final, sur quatre matières fondamentales. Le reste serait évalué en contrôle continu.