RETOUR


Les mots de Picasso ou la recette du bonheur ...

par Pierre Berthet le 23-10-2017

Les mots de Picasso ou la recette du bonheur.

Laisse de côté tous les chiffres non indispensables à ta survie. Cela inclut l’âge, le poids et la taille. Que cela préoccupe seulement le médecin. Il est payé pour ça. Fréquente, de préférence, des amis joyeux. Les pessimistes ne te conviennent pas.

Continue de t’instruire …. Apprend tout, sur les ordinateurs, l’artisanat, le jardinage, etc… Ne laisse pas ton cerveau inoccupé. Un mental inutilisé est l’officine du diable. Et le nom du diable est Alzheimer.

Ris le plus souvent possible. Et surtout de toi-même ! Quand viennent les larmes : accepte, souffre et … continue d’avancer. Accueille chaque jour qui se lève comme une nouvelle opportunité.  Et, pour cela, ose entreprendre !

Laisse tomber la routine. Préfère les nouvelles routes aux chemins mille fois empruntés. Efface le gris de ta vie, et allume les couleurs que tu possèdes à l’intérieur .Exprime tes sentiments pour ne jamais rien perdre des beautés qui t’entourent .Que ta joie rejaillisse sur ton entourage. Et abat les frontières personnelles que le passé t’a imposées.

Mais rappelle-toi : L’unique personne qui t’accompagne toute la vie, c’est toi-même. Sois vivant dans tout ce que tu fais ! Entoure-toi de tout ce que tu aimes : famille, animaux, souvenirs, musique, plantes, un hobbie, Tout ce que tu veux … Ton foyer est ton refuge, mais, n’en deviens pas prisonnier.

Ton meilleur capital, la santé. Profites-en. Si elle est bonne ne la détruis pas ; si elle ne l’est pas, ne l’abîme pas davantage. Sors dans la rue. Visite une ville ou un pays étranger… Mais, ne t’attarde pas sur les mauvais souvenirs.

Ne laisse passer aucune occasion pour dire «  je t’aime >> à ceux que tu aimes. Et-toi toujours que la vie ne se mesure pas au nombre de tes respirations mais à celui des instants où ton cœur bat très fort : de rires, de surprise, d’extase, de joie … Et surtout d’aimer sans compter. J’ai mis toute ma vie à savoir dessiner comme un enfant. On devient jeune à 60 ans malheureusement c’est trop tard.

Dans chaque enfant il y a un artiste. Le problème est de savoir rester un artiste en grandissant. «  Il y a des êtres qui font d’un soleil une simple tache jaune, mais il y en a aussi qui font d’une simple tache jaune, un véritable soleil  Picasso.