RETOUR


Le jambon-beurre fait de la résistance !

par webmaster le 23-03-2018

Le jambon-beurre fait de la résistance !

Publié le

| | | | |


Le jambon-beurre fait de la résistance !

© Sandwich jambon-beurre


Le salon professionnel Sandwich & Snack Show dévoile les résultats de l’Indice Jambon-Beurre, l’indice économique de référence de la restauration rapide.

Le Sandwich & Snack Show, le rendez-vous référent de la restauration rapide et à emporter, présente les résultats de l’indice Jambon-Beurre 2017, un outil de mesure du marché de la restauration rapide basé sur le prix du sandwich phare du segment. Chaque année, il permet de fournir des repères de prix pour les différents acteurs de la Consommation Hors Domicile et de révéler la différence du coût de la vie entre les différentes agglomérations.

A savoir

Les ventes de sandwichs continuent de croître (2.39 milliards, +1.7%) avec un jambon-beurre toujours leader (50.8%). Le tarif moyen du sandwich préféré des Français est de 2.94€ (+0.38%) et reste 36% plus cher dans les grandes agglomérations.

Si le jambon beurre connait +1.33% de croissance en 2017 (1.215 milliard d'unités consommées), le burger continue d’exploser avec +9% (1,4 milliard de burgers consommés en 2017).

Autre tendance qui se confirme : le consommateur est à la recherche du mieux manger et ce, d’un point de vue nutritionnel et gustatif.


Le jambon-beurre s'accroche, mais pour combien de temps ?


'Face à la premiumisation du secteur du snacking et une concurrence féroce, le jambon-beurre souffre mais résiste ! En 2017, sur 2.39 milliards de sandwichs consommés (+1.7%), 1.215 milliards étaient des jambon-beurre, soit 50.8%. Le sandwich préféré des français régresse lentement, mais sûrement… Malgré une hausse des jambon-beurre consommés cette année

(+1.33%), loin sont les années fastes. En 2012, la part de marché du jambon-beurre était de 62%, sa part de marché a régressé de plus de 11% en 5 ans. Le jambon-beurre reste un produit d’appel entrée de gamme. Sur le long terme, le fait que son prix augmente sans que la qualité ne suive peut rebuter les consommateurs' analyse Bernard Boutboul, directeur général de Gira Conseil


Raz-de-marée du snacking

Le marché du snacking continue sa forte croissance en volume et en valeur avec un CA de 51 milliards d’euros (+5.9%). Un chiffre d’affaires qui a triplé en 15 ans.

Il y a encore 7-8 ans, le jambon beurre avait pour concurrent 2 ou 3 produits snacking classiques comme le hamburger ou la pizza.

'Aujourd’hui, le sandwich préféré des Français doit faire face à une cinquantaine de spécialités comme les tacos, bagel, bao burger, kalamaki, banh mi, bagnat, suédois, onigri… ' ajoute Sylvie Gaudy, directrice du salon Sandwich & Snack Show


Face à une premiumisation gobale du marché, le prix moyen du sandwich gonfle pour atteindre 3.62€ / +3.1% (tous circuits confondus).


'Le snacking en France poursuit sa montée en gamme, il se diversifie, se prémiumise et tend à s’éloigner de l’image fast food/malbouffe. Les consommateurs sont à la recherche de frais et faits maison. Depuis quelques années, nous observons une recrudescence de concepts healthy où le fait maison et fait minute priment »  indique Bernard Boutboul


En moyenne, le prix d’un jambon-beurre dans les agglomérations de – 50 000 habitants est cette année de 2.91€, contre 2.96€ pour celles de + 50 000 habitants. Sans surprise, Paris reste la ville la plus chère avec un jambon-beurre vendu en moyenne à 4.00€ (+14.94%), suivent à égalité Lyon et Bordeaux (3.34€). Le sandwich « Parisien » reste 36% plus cher à Paris qu’en moyenne (2.94€). Les villes les moins chères sont Tulle (2.48€), Marseille (2.56€) et Nevers (2.57€).



'Le jambon-beurre est moins cher dans les villes où le revenu moyen par foyer fiscal est inférieur à la moyenne nationale'  révèle Bernard Boutboul, Si c’est dans les cafés/bars/brasseries que l’on peut acheter le jambon-beurre le plus cher (3.52€) c’est aussi là qu’il enregistre la plus forte augmentation de prix (+4%). Alors que les prix s’écroulent en hyper et super (2.28€, -9.1%). Les hyper et supermarchés peuvent se permettre de jouer sur les prix. Ils profitent de leurs gros volumes de vente pour baisser le prix du jambon-beurre. Il reste un produit d’appel efficace. »