RETOUR

A quoi ressemblera l'Europe après le Brexit ?

par webmaster le 27-01-2020

A quoi ressemblera l’Europe après le Brexit ?

Les enjeux du Brexit (1/6). Le retrait du Royaume-Uni, le 31 janvier, déstabilise l’UE et change les rapports de force entre les Vingt-Sept.

Par Publié aujourd’hui à 02h59, mis à jour à 11h00 - Le Monde

Il aura fallu plus de trois ans et demi après le référendum sur le Brexit pour que le Royaume-Uni quitte les institutions européennes. Le 1er février, ce sera chose faite. A la Commission, cela fait déjà plusieurs mois que Londres n’a plus de représentant. Au Parlement de Strasbourg, les 73 eurodéputés britanniques auront plié bagage. Et autour de la table du conseil, où se réunissent les dirigeants européens, pour la première fois dans l’histoire de la construction communautaire, on comptera une chaise de moins.

A quoi ressemblera l’Europe à vingt-sept ? La perte est d’abord numérique, alors que l’Union européenne (UE) va se voir amputée de 66 millions d’habitants, d’un important contributeur à son budget et de plus de 15 % de son produit intérieur brut (PIB). Pour reprendre les mots de la chancelière allemande, Angela Merkel, le Royaume-Uni sera dorénavant un « concurrent à notre porte ».

D’un point de vue géopolitique aussi, le Brexit a un lourd coût pour l’Europe, puisque, avec la France, le Royaume-Uni est jusqu’au 31 janvier l’un des deux pays membres de l’UE à être une puissance nucléaire militaire et à avoir un siège de membre permanent au Conseil de sécurité de l’ONU.

Vide quasi philosophique

Mais le vide laissé par le départ des Britanniques va au-delà, il est d’ordre quasi philosophique. « De Thatcher à Blair, Londres a modelé la construction européenne. En lui donnant une orientation pro-marché et pro-élargissement, avec des instruments de puissance limitée, c’est-à-dire un budget petit et des souverainetés nationales réaffirmées », commente un diplomate sous couvert de l’anonymat. En somme, avec son « I want my money back » (« Je veux qu’on me rende mon argent ») du 30 novembre 1979, la première ministre d’alors, Margaret Thatcher, a fait du marché intérieur la pierre angulaire de la construction européenne.