RETOUR

Guerre camembert terminée, le fromage normand reste lait cru

par webmaster le 05-03-2020

La guerre du camembert est terminée, le fromage normand reste au lait cru

L’appellation d’origine protégée ne sera pas étendue, comme le voulaient les éleveurs, à la célèbre spécialité normande à base de lait pasteurisé.

Par Publié hier à 16h09, mis à jour hier à 19h35 - Le Monde


Des fromages « Camembert de Normandie », au Salon international de l’agriculture, à Paris, le 22 février.
Des fromages « Camembert de Normandie », au Salon international de l’agriculture, à Paris, le 22 février. LUDOVIC MARIN / AFP

Il n’y aura pas de lait pasteurisé dans le camembert de Normandie. Le verdict est tombé, mardi 3 mars, après deux années d’intenses discussions au sein de la précieuse appellation fromagère. L’appellation d’origine protégée (AOP) camembert de Normandie ne pourra être inscrite que sur les produits fabriqués sur le territoire normand, valorisant la race normande, le pâturage et la fabrication traditionnelle au lait cru.

L’Organisme de défense et de gestion (ODG) Camembert de Normandie, présidé par Patrick Mercier, dit regretter cette décision. « L’arrêt du projet de grande AOP Camembert de Normandie est une déception », estime-t-il. L’accord du 21 février 2018 à l’Institut national de l’origine et de la qualité (INAO) visait à définir une double AOP dans une zone géographique élargie – l’une serait baptisée « Cœur de gamme » et élaborée avec du lait pasteurisé provenant de troupeaux (avec au moins 30 % de vaches normandes) ; l’autre, dite « haut de gamme », aurait continué à être fabriquée avec du lait cru produit par au moins 60 % de vaches normandes.

Lire aussi Pourquoi la future AOP Camembert de Normandie est-elle critiquée par certains producteurs ?

« Lutter contre les usurpations auprès des fabricants »

Cet accord était censé mettre fin à une bataille du camembert lancée en 2012. L’association de défense de l’AOP de Normandie avait assigné les industriels Lactalis, Savencia, la coopérative Isigny-Sainte-Mère et des distributeurs, les sommant de retirer des emballages la mention « Fabriqué en Normandie » sur des camemberts non AOP. Sachant qu’avec Président, Lactalis avait ouvert la voie à l’industrialisation de ce fromage de terroir, proposant un camembert pasteurisé.

Finalement, lors de son Assemblée générale du 29 janvier 2020, l’Organisme de défense et de gestion a rejeté le cahier des charges à 53 %, alors qu’une majorité de 55 % était requise. Les industriels et les PME se sont prononcés contre le projet soutenu par les éleveurs. Mardi 3 mars, l’ODG a décidé à 97 % d’abandonner le projet de grande AOP, décision qui limite aujourd’hui l’AOP à 6 000 tonnes de produit et sonne l’arrêt du « Fabriqué en Normandie ».

« Il revient à l’INAO et à la direction générale de la concurrence [DGCCRF] d’appliquer dès à présent ce règlement visant à lutter contre les usurpations auprès des fabricants, mais aussi de tous les revendeurs et ainsi de veiller au retrait de toute référence à la Normandie sur tous les fromages de type Camembert », prévient M. Mercier, qui demande aussi aux consommateurs, par leur acte d’achat, de faire respecter la loi.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La guerre du camembert, symbole de l’appétit des industriels pour les fromages AOP