RETOUR

Législation. Un congé de proche aidant rémunéré

par webmaster le 16-10-2020

Un congé de proche aidant rémunéré

Publié le 13/10/20 Prat Editions

Le congé du proche aidant permet de suspendre son contrat de travail pour s’occuper d’un proche dépendant. Il est accordé :
- lorsque la personne aidée réside en France de façon stable et régulière ; le fait qu’elle vive en établissement ou chez une autre personne ne fait pas obstacle à ce congé,
- lorsque la personne aidée présente un handicap ou une perte d’autonomie d’une particulière gravité.

On peut aider :
- la personne avec qui on vit en couple,
- un ascendant, un descendant ou un collatéral jusqu’au 4e degré (frère, sœur, oncle, tante, cousin…),
- un ascendant, un descendant ou un collatéral jusqu’au 4e degré de la personne avec qui on vit en couple,
- ou encore la personne âgée ou handicapée avec laquelle on réside (ou avec laquelle on entretient des liens étroits et stables), à qui on vient en aide de manière régulière et fréquente à titre non professionnel pour accomplir tout ou partie des actes ou des activités de la vie quotidienne.

Ce congé n’était pas rémunéré jusqu’ici. Le décret n° 2020-1208 du 1er octobre 2020 permet maintenant au proche aidant de toucher une allocation journalière d’un montant de :
- 52,08€ s'il vit seul,
- 43,83 € s'il vit en couple.

L’aidant peut toucher jusqu’à 22 allocations journalières par mois, versées par les caisses d’allocations familiales ou de Mutualité sociale agricole.

Bon à savoir : ce congé ne concerne pas que les salariés du privé. Peuvent également en bénéficier les fonctionnaires, les travailleurs indépendants et les demandeurs d’emploi.